Rechercher dans :

Université de Montréal  Station de biologie des Laurentides
 

Fondateurs

Édouard Pagé - Paul Pirlot - Adrien Robert

Édouard Pagé (1909-2008)

Photo d’Édouard Pagé

Né à Québec en 1909, il obtient sa licence en agronomie en 1936 de l’Université de Montréal et mène à bien des études de doctorat en biologie, option nutrition, à l’Université Cornell à New-York. En 1940-1941, il entame sa carrière professorale à l’Institut agricole d’Oka où il enseigne la biochimie et la nutrition. De 1941 à 1944, en raison de la priorité de la recherche en temps de guerre, monsieur Pagé devient associé de recherche au Banting and Best Department of Medical Research de l’Université de Toronto, où il s’intéresse à la physiologie de l’environnement, notamment l’acclimatation au froid et à l’altitude. En 1944, en reconnaissance de ses recherches sur la mise au point et l’expérimentation de divers types de protection vestimentaire contre le froid et au cours d’immersion prolongée dans l’eau glacée, il est reçu Member of the British Empire M.B.E. Les travaux d’Édourad Pagé attirent l’attention du professeur Roger Gaudry qui le recrute pour enseigner et ensuite diriger le Département de biochimie de la Faculté de médecine de l’Université Laval. C’est en 1955 qu’il fait son entrée au Département de biologie de l’Université de Montréal, dès lors comme directeur. Il assume la direction du Département jusqu’en 1963 alors qu’il devient Doyen de Faculté des sciences en 1961, poste qu’il occupera jusqu’en 1964. C’est également durant ces années, conscient que certains travaux de recherche ont grand avantage à être effectués « sur le terrain » qu’il est le principal artisan de la création et de l’aménagement de la Station de biologie, où il se rendra fréquemment par la suite.

Il a présidé la Société de biologie, de physiologie et de Chimie de Montréal ainsi que la Société canadienne de physiologie. En 1966, monsieur Pagé a été le premier canadien français à présider la Fédération canadienne des sociétés de biologie. Il s’est mérité le Prix du concours scientifique de la Province de Québec (1955), la médaille du Canada (1968), ainsi que la Médaille Parizeau de l’ACFAS (1971). Il a en outre été élu membre de la Société royale du Canada (1955). Il a également été membre de l’Assemblée universitaire et président de son comité de recherche, membre de la Commission des études, un des fondateurs de l’Association des professeurs de l’Université de Montréal et cofondateur de l’Association des professeurs retraités.

Retraité en 1975, l’Université de Montréal lui confie alors la tâche de produire un rapport sur les activités de l’établissement en matière d’environnement. Pour couronner sa carrière fructueuse, il fut nommé professeur émérite en 1977. En 2004, dans le cadre des célébrations du 125e anniversaire de l’Université de Montréal, monsieur Édouard Pagé était reconnu comme l’un des 125 pionniers qui, tout au long de sa carrière, n’a cessé de contribuer au développement de l’Université de Montréal.

- Tiré de :
1. « Hommage à la mémoire de Monsieur Édouard Pagé », discours présenté par monsieur René Durocher, doyen de la Faculté des arts et des sciences, à l’Assemblé universitaire le 18 février 2008
2. Texte Nos pionnières et pionniers, les fêtes du 125e.
3. « En l’honneur de M. Édouard Pagé » , discours prononcé par madame Thérèse Cabana lors du pique-nique annuel à la Station de biologie des Laurentides, le 16 juin 2004.

Haut de la page

Paul Pirlot (1920-1990)

Photo de Paul Pirlot

Né à Mettet en Belgique en 1920, le professeur Pirlot fit ses études dans son pays natal, à Louvain et à Bruxelles. Détenteur d’une licence en philosophie, en lettre et en zoologie, Londres lui décerna un Ph.D. en 1949. Sitôt le Ph.D. obtenu, il partit pour le Congo belge (aujourd’hui République du Zaïre), où il poursuivit des recherches sur la faune de l’Afrique centrale à l’Institut pour la Recherche Scientifique en Afrique Centrale (IRSAC). Il immigre au Québec avec toute sa famille en 1958 où il entre en qualité de professeur adjoint de zoologie au Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal. Devenu professeur titulaire en 1963, il concentre ses recherches sur l’organisation quantitative du cerveau en relation avec le comportement. Il voyage autour du monde et effectue des recherches avec plusieurs chercheurs étrangers. Paul Pirlot est également très actif au sein de plusieurs mouvements et associations professionnelles. Président en 1965 de la Canadian Society of Zoologists, c’est à cette époque qu’il s’implique dans la fondation de la Station de biologie de l’Université de Montréal. Il est membre de l’Association des écrivains de langue française, de la Society for the study of Evolution, le New-York Academy of Sciences et de la National Geographic Society. Enfin, il collabore comme scientifique et animateur à l’émission Connaissance d’aujourd’hui, diffusée à Radio-Canada de 1966 à 1968 et de 1970 à 1973.

Retraité en 1985, il reçoit l’éméritat en 1986. Cette même année, l’Association des biologistes du Québec le nomme membre émérite en regard de son apport important aux sciences biologiques. En 1992, sa mémoire a été gardée par l’Université de Montréal quand un pavillon de la Station de biologie des Laurentides a été nommé en son nom lors d’une célébration entourant le 30e anniversaire de fondation de la Station de biologie. Auteur du très utilisé précis d’anatomie « Morphologie évolutive des chordés » publié en 1969, il donna des cours de zoologie jusqu’en décembre 1984. Il poursuivait toujours très activement ses recherches jusqu’au moment de son décès; Paul Pirlot était à préparer sa demande de subvention au CRSNG pour l’année 1991.

- Tiré de la division des archives de l’Université de Montréal.

Haut de la page

Adrien Robert (1906-1964)

Photo d’Adrian Robert

Né en 1906 à l’Ange-Gardien-de-Rouville, un village rural près de Saint-Hyacinthe, Adrien Robert est entré au juvénat des Clercs de Saint-Viateur dès l’âge de 15 ans. À 18 ans, il est rattaché à l’Institut des sourds-muets et y travaille pendant 12 ans, tout en poursuivant ses études à temps partiel.

En 1925, il fait la connaissance du Frère Joseph-Ouellet, qui l’initiera à l’entomologie. Dès 1932, le Frère Robert se considère un entomologiste et poursuit, dans ses temps libres, une licence en sciences naturelles à l'Université de Montréal, diplôme qu'il obtient en 1946. Il poursuit par la suite ses études en vue du doctorat qu’il obtiendra en 1953 à l’âge de 47 ans pour une thèse sur le rôle des coléoptères dans la transmission de la maladie hollandaise de l’orme réalisée sous la direction de M. Lionel Daviault.

Associé à l’Université de Montréal comme chargé d’enseignement en 1946, il devient professeur assistant en 1951, agrégé en 1954, mais ne sera nommé professeur titulaire que sur son lit de mort en 1964.

Collectionneur infatigable, taxonomiste de premier ordre, naturaliste passionné, il a été une des grandes figures de l’entomologie au Québec, connu surtout pour ses travaux sur les coléoptères et les odonates. Il a mis en place l’une des plus riches collections d’insectes du Québec, qui forme le noyau de la collection Ouellet-Robert de l’Université de Montréal.

Il aura été le tout premier directeur au printemps 1963. Il ne pourra malheureusement y travailler qu’un seul été.

Pour en savoir plus sur Adrien Robert, visualiser ce document PDF.

Pour commentaires ou informations, .
Page mise à jour le 30-mar-11

 

Station de biologie des Laurentides - Département de sciences biologiques - FAS / Université de Montréal